Acte de candidature

Communiqué de Presse 

La liste Vivons Dammartin annonce sa candidature aux élections municipales de mars 2020 

Conduite par Sylvain Messiaen, la liste Vivons Dammartin s’engage pour les municipales de 2020. Sans étiquette et sans aucune appartenance à un parti politique, composée de sensibilités, de professions et d’origines diverses, Vivons Dammartin revendique sa neutralité et son objectif majeur : un changement profond des orientations et priorités stratégiques de la ville, fondé sur le dialogue, la transparence et l’Humain, au service d’un cadre de vie pérenne. 

L’association Vivre Dammartin agit depuis plusieurs mois pour préserver et améliorer le cadre de vie contre l’urbanisation que la ville subit depuis de trop nombreuses années. Une priorité partagée par un grand nombre de Dammartinoises et Dammartinois. 

En effet, au fil des nombreux échanges déjà engagés sur le terrain avec les habitants, la volonté d’un réel changement politique pour Dammartin-en-Goële, fondé sur la douceur de vivre et un développement de territoire raisonné, a très souvent été exprimée. 

C’est sur cette exigence centrale que s’est construite une liste Vivons Dammartin, citoyenne, sans étiquette, fédérant des habitants d’origines et parcours divers, partageant les mêmes valeurs de sincérité et d’humanité et la même affection pour leur ville. 

Sylvain Messiaen, 55 ans, conduira la liste Vivons Dammartin aux élections municipales de 2020 

« Nous sommes à deux mois de l’échéance électorale et les habitants sont nombreux à ne pas comprendre les politiques successives subies par notre ville. 

Trop de Dammartinois sont résignés et déçus. Nous les comprenons. Les réconcilier avec la vie politique de notre territoire est une de nos priorités. 

Nous créerons du lien entre les quartiers en rétablissant un dialogue entre les Dammartinois et leurs élus. Pour cela nous mettrons en place des réunions de quartier qui seront le relais entre les décisions municipales et les habitants. 

En désaccord avec le projet pharaonique de la Zone d’Aménagement Concerté de 80ha et l’hyperurbanisation du centre-ville accomplis par les maires précédents, nous devons repenser notre cadre de vie et mettre au centre de nos préoccupations les problématiques environnementales. Nous associerons les concitoyens à nos décisions, et ce, dès nos prochaines réunions participatives sur l’urbanisme et le cadre de vie. 

Avant d’être une liste électorale, nous sommes des habitants : nous aimons et vivons Dammartin-en-Goële et voulons le meilleur pour notre ville. Nous invitons les Dammartinoises et Dammartinois à nous accompagner et, pour ceux qui le souhaitent, à s’engager à nos côtés en adhérant à notre liste ».

Atelier Participatif : Une première à Dammartin

Une bonne cinquantaine de Dammartinois s’est déplacée pour assister au premier atelier participatif de l’association Vivre Dammartin animé par Sylvain Messiaen et Pierre Bennet qui se déroulait dans la salle de la villa de Gesvres mercredi 6 novembre 2019 de 20h30 à 22h30

Parmi les participants des enseignants, Parents d’élèves, Directrice d’école, Professeurs de collège, représentants de parents d’élèves ont pu assister à cet atelier sur le thème de l’école et la scolarité à Dammartin.

La première partie présentait les acteurs de l’éducation Nationale et leurs rôles, puis un diagnostic de la situation locale a été dressé.

En deuxième partie, l’animation de la réunion a permis de lancer une rencontre, un échange, un débat sur le thème de la soirée.

Chacun a pu s’exprimer à travers l’utilisation de post-it, recueillis et affichés à la vue de tous.

Ce qui a permis aux participants d’échanger de manière constructive sur tous les thèmes abordés.

Les Dammartinoises et Dammartinois séduits par l’innovation proposée par Vivre Dammartin ont souhaité connaitre les thèmes des prochains ateliers.

Les sujets relevés par le questionnaire « à l’écoute des Dammartinois » sont l’urbanisme et la circulation, puis celui de l’environnement et le cadre de vie.

Cette rencontre s’est poursuivie autour d’un verre, dans une ambiance conviviale.

Premier atelier participatif sur la scolarité à Dammartin

Mercredi 6 novembre à 20h30 à la villa de Gesvres, nous organisons un atelier participatif ouvert à tous, sur le thème de la scolarité à Dammartin.

Venez échanger autour de l’offre scolaire sur notre commune.
Un atelier pour redonner envie aux Dammartinois de participer à l’action municipale.
Pour plus d’informations écrivez-nous sur vivredammartin@gmail.com

SCOT : Derniers jours

Bonjour,
Nous relayons un mail du collectif NON AU TERMINAL 4, à propos de l’enquête publique sur le SCOT de notre agglomération.
Pour rappel, nous sommes le seul groupe au conseil municipal à avoir voté contre le SCOT proposé par la CARPF (Communauté d’agglomération Roissy Pays de France).
Ce document d’urbanisme laisserait 40 nouveaux hectares à l’urbanisation, ce qui bétonnerait définitivement notre commune.

Vous avez jusqu’au 26 octobre pour laisser vos remarques sur le site https://www.registredemat.fr/scot-roissypaysdefrance 

ON A BESOIN DE VOUS !

Bonjour à toutes et à tous,

42 communes du Val d’Oise et de la Seine et Marne situées sur le territoire de la plateforme aéroportuaire et à ses abords, réunies au sein de la communauté d’agglomération Roissy Plaine de France, élaborent actuellement leur schéma de cohérence territorial (SCOT).

Ce document de planification qui permet de définir la stratégie d’aménagement d’un territoire à l’horizon 20 ans, propose un développement organisé autour du redéploiement de Roissy CDG avec le projet de Terminal 4, générateur d’importantes nuisances supplémentaires à celles que nous subissons déjà.

L’enquête publique (préalable à l’approbation et l’entrée en vigueur du SCOT ) est en cours et nous donne la possibilité d’exprimer toutes nos réserves sur ce projet en cliquant sur le lien suivant jusque samedi 26 octobre midi : https://www.registredemat.fr/scot-roissypaysdefrance 

ll est donc essentiel d’y répondre et de s’y opposer directement en cliquant sur: https://www.registredemat.fr/scot-roissypaysdefrance/deposez-votre-observation-en-ligne

Il s’agit d’un document important à la fois politiquement, puisqu’il acte le projet de T4, et au niveau opérationnel, puisque les plans locaux d’urbanisme, les opérations foncières et d’aménagement devront être compatibles avec lui.

Afin de vous faciliter la tâche, nous vous adressons des blocs d’arguments (ci-dessous en bleu) que vous pourrez copier-coller. N’hésitez pas à les personnaliser (pour éviter l’impression « robot ») et à les faire tourner aussi autour de vous pour démultiplier les remarques auprès du commissaire enquêteur.

1. Avec l’objectif de «consolidation du moteur économique du Grand Roissy autour de l’écosystème aéroportuaire», présenté comme «un formidable levier de développement économique», le SCOT de Roissy Plaine de France soutient le développement d’un modèle économique actuel, largement émetteur de GES, et ne répond pas à la définition du SCOT donnée par le Ministère de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Locales à savoir « un outil permettant d’établir un projet de territoire qui anticipe les conséquences du dérèglement climatique et les transitions écologiques, énergétique, démographique, numérique…»

2. Le projet du terminal T4, tel qu’il est annoncé dans le SCOT, et destiné à définir les objectifs de développement, n’est pas suffisamment détaillé, surtout en termes de nuisances, qu’elles soient sonores ou environnementales.
D’autre part, ce projet ne figure pas dans le document d’orientation et d’objectifs (DOO), tel que cela devrait être le cas, conformément à l’article L141-20 du code de l’urbanisme.

3. Les nuisances de l’aéroport, actuelles et futures, ne sont pas suffisamment détaillées, notamment leur impact sur la santé et l’environnement pourtant et sont souvent minorées
ex : faible pondération de la notation utilisée pour évaluer les nuisances aéroportuaires dans le tableau d’analyse qualitative du PADD 
ex : le SCOT indique que « les nuisances et pollutions induites par le développement du hub aéroportuaire présentent des risques non négligeables pour la santé humaine » (p.351 du rapport de présentation), sans que ces risques soient jamais détaillés ou qu’une étude sanitaire soit annexée ce qui fragilise fortement la justification du choix de redéploiement de l’aéroport

4. Les objectifs d’accueil de nouveaux habitants et salariés sont élevés au regard de la population actuelle de 345 000 habitants (1 700 logements neufs annuels, soit +100 000 habitants à l’horizon 2040 et 100 000 salariés supplémentaires annoncés à l’horizon 2030). Comment ces objectifs, qui répondent aux exigences du schéma régional de l’habitat et de l’hébergement, sont-ils compatibles avec les nuisances actuelles et a fortiori futures de l’aéroport et « les risques non négligeables pour la santé humaine » indiqués en p. 351 du SCOT ?
Le développement de nouveaux programmes de logement est uniquement corrélé à la desserte par des transports en commun. 

5. Les prescriptions énoncées par le SCOT, trop générales, ne permettent pas d’apporter des réponses satisfaisantes pour résorber ou limiter l’impact sanitaire des nuisances générées par l’aéroport, et plus globalement pour protéger l’environnement.
La compatibilité entre l’augmentation du trafic aérien et la protection de l’air ou des ressources en eau (protection des cours d’eau et fonds de vallée, des zones de captage…) n’est pas explicitée, ni déclinée en propositions d’actions. 
De même, comment l’objectif de valorisation des circuits courts, de l’agriculture urbaine et de l’agriculture biologique développés par le SCOT est-il compatible avec la pollution de l’air généré par le hub aéroportuaire ainsi que le trafic routier induit, jamais quantifié lui non plus ?
On peut également s’interroger sur la crédibilité des objectifs de maintien et de valorisation des trames vertes et bleues (de leur continuité et de leur biodiversité) avec l’agrandissement de l’aéroport et le passage du nombre de vols quotidiens de 1200 à 1800 pour la seule circulation aérienne (qui induit aussi une circulation automobile supplémentaire importante puisque 40 M de passagers supplémentaires/an sont prévus). 
Enfin, le code de l’urbanisme prévoit la possibilité pour le SCOT d’imposer préalablement à toute ouverture à l’urbanisation d’un secteur nouveau la réalisation d’une évaluation environnementale mais le SCOT de Roissy n’utilise jamais cette possibilité en dépit de la spécificité du contexte. 

6. alors que le SCOT énonce la dimension environnementale comme un axe fort du projet, la nouvelle offre de formation annoncée est exclusivement tournée vers l’aéroportuaire. 

7. Plus globalement, l’impact environnemental du projet sur les territoires voisins (qui connaissent une forte densification et accueillent des espaces naturels importants à l’échelle régionale) n’est pas considéré, alors même que l’article L 101-1 du code de l’urbanisme dispose que « le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Les collectivités publiques en sont les gestionnaires et les garantes dans le cadre de leurs compétences.

Un petit bois disparaît.

Alors que le groupe d’opposition Vivre Dammartin votait le 25 septembre 2019 contre la cession des parcelles de l’avenue du chemin de St Ladre, face au parc de la Corbie, le bulldozer de Nexity attendait le feu vert du conseil municipal pour déboiser plus de 1 200 m².

Sans concertation, sans information sur le projet, nous avons décidé de voter contre la création de places de parking sur un espace boisé, trop éloigné du centre-ville.

Voter contre la création d’un parking à Dammartin peut paraître incohérent, alors que le centre-ville manque de places de stationnement.

C’est pour cette raison que nous avons demandé au maire des informations sur ce projet. Rien ne figurait dans les documents préparatoires adressés aux conseillers municipaux, rien sur la quantité d’espaces boisés détruit, rien sur le nombre de places réalisées, rien sur les aménagements nécessaires dans une zone aux problématiques de ruissellement connues des habitants du chemin des corbeaux et de la rue Eugène Hémard.

Aucune information n’a été apporté par le maire, ni par le maire-adjoint à l’urbanisme, toujours absent. En réponse à nos questions, le maire a expliqué que le projet faisait partie de la ZAC et était réalisé par Nexity. Doit-on en conclure que ce projet de parking est réalisé sans concertation avec la municipalité ?
Si ce parking est dans la lignée des derniers parkings réalisés à Ganneval et à la « Villa de Gesvres », alors le revêtement ne sera pas drainant et amplifiera les problèmes d’inondations lors des fortes pluies.

Nous ne sommes évidemment pas contre la création de places de parking mais pas n’importe où et pas à n’importe quel prix.

Pourquoi Nexity ne finance-t-il pas l’agrandissement de l’école du Petit Prince, lui aussi compris dans la ZAC à la place de ce projet inutile ?

Malgré nos interrogations sur ce projet l’équipe municipale et celle de l’ancien maire par intérim ont voté pour la destruction de ces parcelles boisées.

Nous avons toujours voulu respecter nos engagements de campagne qui consistaient à maîtriser l’urbanisation de notre ville et à conserver un cadre de vie de qualité pour les Dammartinois.

Sylvain Messiaen et Pierre Bennet, pour le groupe « Vivre Dammartin ».

A l’écoute des Dammartinois

Dans le cadre de la mise en place d’une démarche participative pour améliorer notre ville,
nous vous proposons de renseigner ce questionnaire.

Cliquez sur ce logo pour accéder au questionnaire participatif de Vivre Dammartin

Inauguration d’un nouveau restaurant en centre ville !

Le groupe d’opposition Vivre Dammartin a été le seul à répondre présent à l’inauguration du Kosy Time,
vendredi 13 septembre 2019.
Nous remercions les propriétaires pour la qualité de leur accueil et invitons les Dammartinois a venir découvrir les spécialités de ce nouveau restaurant.

Notre premier courrier aux Dammartinois

L’association Vivre Dammartin a distribué son premier courrier de présentation dans toutes les boites aux lettres accessibles de Dammartin. Ce document n’est pas un programme municipal. Il présente l’association, ses axes prioritaires, ainsi que son objectif.

Nous vous proposons de télécharger la version numérique.

Vous pouvez nous adresser vos remarques, vos questions par l’intermédiaire du formulaire accessible sur notre site.

Tribune de Septembre 2019

Nous vous invitons à lire la version intégrale de la tribune de septembre 2019 de Vivre Dammartin, publiée dans le magazine municipal Dammartinfos, ainsi que l’audit de la trésorerie réalisé par le cabinet RSA-Crowe Global en 2014.

Quelques mois avant les élections municipales de 2014, les dépenses d’investissement ont explosé en 2013 avec un montant de 1 393 euros par habitant, alors qu’elles étaient naturellement de 434 euros en 2012. Cette décision électoraliste choisie par M. Jabut a laissé Dammartin proche de la cessation de paiement.

En euros par habitants
source : impots.gouv.fr

Vous pouvez nous contacter pour toutes questions relatives à cette tribune en laissant un commentaire ou en remplissant le formulaire qui se trouve sur la page d’accueil de notre site.

Bonne lecture et n’hésitez pas de nous contacter par mail à vivredammartin@gmail.com et de nous suivre sur notre page Facebook Vivre Dammartin.

L’équipe Vivre Dammartin